4 tips pour organiser sa routine et mieux gérer le Syndrome de l’Intestin Irritable

Le Syndrome de l’Intestin Irritable c’est notre BFF pour la vie ; puisqu’il ne se guérit pas, il nous suit donc tout au long de notre vie. Mais dans la vie, il n’y a pas que le SII. Il y aussi l’école, les études, le travail, la vie sociale, la parentalité, les voyages bref, la vie quoi ! Au milieu de tout ça, l’école, les études et le travail occupent une place quotidienne importante – oui, on sait on aurait préféré que ce soit les voyages nous aussi – et représentent ainsi l’un des plus grands défis pour tout José ou Josiette.

Alors comment on gère ce métro, boulot… Syndrome ? On te donne quelques tips !

Le tips numéro 1 ? En finir avec les daily tasks !

Oui, on parle beaucoup anglais alors si on devait traduire ça on dirait : limitez la répétition de tâches quotidiennes, faites une bonne fois pour toute ! Concrètement ? C’est le concept du batchcooking : on cuisine en une seule fois pour la semaine et hop basta, c’est fait, on a plus à y penser.

Car oui Josiette, déjà que la méthode Low FODMAP et la gestion du Syndrome ne sont pas de tout repos, cuisiner au jour le jour n’aide pas. Pourquoi ? Parce que cela signifie réfléchir avant chaque repas à ce que l’on va manger, faire ses courses, cuisiner puis, enfin, manger ! Entre charge décisionnelle et perte de temps, on peut mieux faire non ? Et comment on fait ? Et bien on établit un menu pour la semaine, on dédie un temps aux courses (ce qui nous évite d’avoir à y retourner tous les jours et de craquer sur ce paquet de chips parce qu’on meurt de faim en rentrant du boulot) et enfin, un temps en cuisine. Au total, ça peut représenter 2 à 3h dans le week-end vs 2 à 3h chaque jour de la semaine ! Oui oui, promis !

Faire ses gamelles c’est aussi s’assurer de contrôler un maximum de repas dans la semaine et s’éviter les craquages car, en tant que bon homo economicus, on a rarement envie de gâcher et jeter ce qu’on a de déjà prêt au frigo.

Le tips numéro 2 ? Planifier tant que possible !

Tout est une question de visualisation ! Savoir que tel jour vous ferez telle séance de sport encourage à s’y tenir car vous vous y serez conditionné en commençant la semaine ! C’est comme les réunions au bureau ou le Baptême du fils de Jean-Louis, on n’a parfois pas envie d’y aller mais comme c’est prévu depuis longtemps et noté noir sur blanc sur l’agenda, on le sait, on l’accepte et on y va.

Ca diminue aussi la charge décisionnelle puisqu’on n’aura plus à choisir 1h avant la séance de sport que l’on fera, plus à courir pour y arriver et plus le legging oublié (on la connait bien cette excuse).

Bref, si on réunit ces deux tips, on te conseille donc tout simplement de faire ton menu et programme bien-être pour la semaine ! Dans le dernier Motiv’Mag, on te propose d’ailleurs un semainier et un dailyplanner pour t’y aider ! De quoi occuper les dimanches soirs de blues.

Le tips numéro 3 ? S’accorder des moments off

Et quand on dit moments off, c’est off. On s’accorde des écarts, on s’accorde de ne pas trop réfléchir aux conséquences de notre écart sur notre Syndrome, on s’accorde de ne pas faire de sport, on s’accorde de ne pas organiser. Bon, bien sûr, ça ne marche pas quand on est en pleine méthode, quoique nos diététiciennes préférées vous diront qu’un craquage ne remet pas forcément tout en cause.

Quoiqu’il en soit, ces moments off doivent être inclus dans votre routine et ne pas être exceptionnels. Si on nous donne des vacances régulièrement et que l’on a des “week-ends” ce n’est pas pour rien ! Avec le SII c’est pareil. Pourquoi c’est important ? Tout simplement parce que sinon, on craque. Et oui, le SII c’est une course de fond, pas un sprint donc il faut savoir ménager sa monture.

De notre côté, on est des Josiettes parfaites la semaine et on laisse un peu de place au reste le week-end. La fameuse règle du 80/20 !

Le tips numéro 4 ? C’est plus qu’un tips, on s’écoute !

Oui parce que prévoir, planifier c’est bien et important pour pouvoir tout mener de front quand on est une Josiette mais parfois, une crise ou un petit coup de mou ce n’est pas prévu. Alors s’organiser ce n’est pas devenir control freak. C’est juste se donner un cadre mais un cadre rassurant duquel il nous paraît parfois plus confortable de sortir. Evidemment que la séance de sport que tu avais prévue dimanche pour mercredi tu n’iras pas si tu as passé la nuit à faire popo ! Et ça, personne ne t’en voudra : ni ton coach, ni ton… bah ni toi, parce que finalement, ton planning, c’est toi qui le fait ! 😉

Conclusion ? Organisation certes mais bienveillance surtout ! D’ailleurs, sache que l’organisation n’est pas une chose innée chez tout le monde. Si ce n’est pas ton truc, il y a donc des professionnels capables de t’accompagner : les diététiciens sont les professionnels parfaits pour t’apprendre à gérer et planifier tes menus, il existe de nombreux programmes sportifs qui prévoient, selon tes objectifs, tes séances de la semaine (nous on adore MMS Training) et puis il y a aussi des coachs en développement personnel que tu peux retrouver sur notre plateforme Cure & Care.

Panier
Retour haut de page

Une réduction c'est plutôt cool non ?

Nous t'offrons -10% sur ta première commande !
Laisse-nous ton email et tu recevras le code.

En cliquant sur Envoyer, vous acceptez d’envoyer vos informations à Ginette et Josiane qui accepte de les utiliser en accord avec sa politique de confidentialité.