Partir en vacances l’esprit et le ventre plus légers lorsqu’on a le syndrome de l’intestin irritable.

Aaah les vacances ! Si elles riment pour beaucoup avec détente et chill, elles riment souvent avec anxiété lorsqu’on a le syndrome de l’intestin irritable. Changer ses habitudes, ne pas pouvoir faire ses courses, ne pas pouvoir aller au sport, profiter aussi, des repas en famille, entre amis. Bref, de quoi perturber le rythme et l’hygiène de vie de tout bon colopathe. 
Mais pose cette corde Josiette, les vacances tu vas quand même pouvoir en profiter si tu suis ces 7 tips ! 

  1. Be ready 

Bah oui, tu ne partirais pas sans crème solaire ni maillot de bain en vacances ! Et ben quand tu as le syndrome de l’intestin irritable, c’est pareil : tu prévois tes outfits ! C’est quoi des outfits de colopathes ? Tout simplement des produits ou aliments indispensables faciles à glisser dans ta valise. On pense par exemple aux gélules Digestion de DIJO pour anticiper ou soulager d’une crise éventuelle. On pense, pourquoi pas, à notre gamme de pâtes sans gluten aux paquets tout fins et légers qui pourront sauver un déjeuner ou un dîner. Ou encore à nos infusions digestion ! Les idées, ce n’est pas ce qui manque, tu vois Josiette. Mais avant de partir, tu ne prépares pas seulement ta valise. Même si certains sont de véritables aventuriers, tout bon voyage suppose de prévoir un itinéraire ; il en va de même lorsque tu es une Josiette. Anticipe et pose toutes tes questions à ton spécialiste avant de partir : ce que tu pourras manger, ce que tu devras éviter, comment gérer si tu fais un écart, si tu as une crise ? Bref, tout ce qui pourrait devenir problématique ou te tracasser une fois lâché en pleine nature !


2. Ciao routine, bonjour adaptation 

Oui, on le sait que tu adores le granola maison que tu manges à chacun de tes petits déjeuners. Nous aussi on a nos petites habitudes mais, de fait, les vacances c’est fait pour casser la routine et s’aérer un peu même avec le syndrome de l’intestin irritable ! C’est même l’occasion de découvrir de nouvelles choses. Alors bien sûr, l’idée n’est pas de se rendre malade – repose tout de suite ce pain au chocolat – non, l’idée est d’accepter de changer un peu sa routine tout en s’adaptant à ce que l’on a sous la main. Comment qu’on fait ? On choisit des aliments basiques, que l’on peut trouver partout et on adapte les recettes ! Oeuf, jambon, riz, quinoa, tomate, carotte, banane ! Bref, la liste n’est pas si courte et on te donne plein d’idées de repas colopathe-compatibles à concocter dans le Motiv’Mag du mois de juin


3. Bouge !

On le dit et le répète souvent mais il n’y a pas que le bouffe dans la vie ! Alors bien sûr, quand tu as une colopathie fonctionnelle, c’est un élément important mais n’oublie pas qu’il s’agit d’une pathologie polyfactorielle et que plusieurs facteurs peuvent ainsi agir sur les symptômes. Pas question donc d’abandonner tes bonnes habitudes parce que tu es en vacances. Non ! On les adapte. Tu n’as plus accès à ta salle de sport ? Ton coach de yoga ne connait pas la visio ? Pas de problème : randonne, marche pour découvrir ton lieu de villégiature, fais du vélo, joue aux raquettes, au volley, à la pétanque ! Bref, mets-toi en mouvement et ne perds pas le rythme. Et si jamais le sport te manque quand même un peu, retrouve nos deux sessions de cardio et de renforcement musculaire de 10 minutes dans le Motiv’Mag du mois de juin. Tu peux aussi retrouver la session spéciale digestion de Nico dans le numéro du mois d’avril. 

4. Take care


Oui Josiette, tout comme pour le sport, le bien-être ça se cultive. Méditation, sophrologie, auto-hypnose, tous ces exercices sont faciles à transporter dans ta valise et faciles à réaliser où que tu sois ! Si tu es en panne d’inspiration, retrouve la méditation de Célina et les exercices de sophrologie d’Alizée dans notre Motiv’Mag du mois d’avril


5. Y a pas de mal à se faire plaisir


Bah oui, c’est les vacances quand même et il n’y a surtout aucun mal à ça. Le syndrome, c’est ton meilleur ami pour la vie, il ne se guérit pas mais se soulage. Alors si tu es dans le contrôle perpétuel, la relation risque de devenir orageuse ! On te conseille donc d’apprendre à vivre avec, de l’accepter et de trouver un équilibre sain ! Le 80/20 tu connais ? De notre côté, on y est adeptes, le tout étant de maintenir cet équilibre et de ne pas inverser le 20 et le 80.

6. Laisse passer l’orage 

Josiette un jour, Josiette toujours ! Ca, on n’y changera rien ; les crises peuvent de nouveau survenir (en vacances ou pas d’ailleurs). Si on ne peut donc pas toujours contrôler ni changer ce qui se passe, on peut néanmoins changer notre façon de le recevoir. On dit souvent que le Syndrome de l’Intestin Irritable ce n’est pas que dans notre tête mais ça se passe quand même un peu là-haut. A force d’appréhender une crise, on se créé un crise. A force d’avoir peur d’avoir mal, on finit par avoir mal. Mais si on se disait que les crises faisaient partie de nos vies, que ce n’est pas un moment agréable mais que finalement, il faut attendre que l’orage passe, sagement, sans chercher à se battre, ni s’en vouloir des écarts qui ont pu provoquer cette crise. Etre une Josiette c’est bien suffisant, laisse donc ses moulins à vent à Don Quichotte !

7. Reporte

Attention, on ne te parle pas de procrastiner Josiette mais de simplement profiter de tes vacances et de revenir les batteries pleines pour te lancer dans la méthode Low FODMAP ! Bien qu’elle soit bénéfique pour le syndrome de l’intestin irritable et que nous conseillons à tout bon colopathe d’en passer par là, la méthode reste difficile à mettre en place. Changer ses habitudes, éliminer de nombreux aliments pendant la première phase, réintégrer de manière stricte et suivie des aliments durant la deuxième phase, tout cela suppose une organisation et des efforts qui pourraient te frustrer pendant tes vacances au point de tout abandonner. Alors notre conseil, c’est de ne pas te lancer pour te lancer mais de te lancer lorsque tu t’en sens prêt.e et lorsque tu te trouves dans un contexte favorable ! Et si tu es déjà en pleine méthode pendant les vacances ? On a quelques tips pour toi dans notre Motiv’Mag du mois de juin

Panier
Retour haut de page