Les 3 piliers scientifiquement prouvés comme efficaces face au Syndrome de l’Intestin Irritable

“Si on cesse de se prendre la tête et se laisse porter par son influx positif, façon zen, des solutions apparaissent”

Le syndrome du côlon irritable ou le syndrome de l’intestin irritable, également appelé colopathie fonctionnelle, est un trouble fonctionnel digestif qui inquiète souvent du fait de l’absence fréquente de soulagement complet des symptômes et de la succession des poussées de la maladie ou de la crainte d’avoir une pathologie plus grave.

Ces inquiétudes se doublent souvent d’une répétition angoissante des examens complémentaires et d’un sentiment de rejet social en raison des répercussions de la maladie sur la vie quotidienne.

Les traitements médicamenteux conventionnels sont souvent décevants dans la prise en charge du Syndrome de l’Intestin Irritable. Compte tenu de la composante multifactorielle du SII, notamment du contexte bio-psycho-social de cette pathologie, des arguments scientifiques plaident pour des alternatives thérapeutiques non médicamenteuses.

  • La méthode FODMAP – le régime FODMAP qui n’a plus aucun secret pour nous Les Josiettes !!

Le régime FODMAP a été développé par Sue Shepherd, nutritionniste australienne. FODMAP est un acronyme qui désigne un groupe de glucides à chaîne courte présents dans certains aliments et dont se nourrissent les bactéries du côlon. L’alimentation FODMAP préconise des repas sans glucides «fermentescibles». Ces glucides sont en effet fermentés par les bactéries du côlon et provoquent des symptômes tels que des ballonnements, des gaz et des douleurs abdominales caractéristiques du syndrome de l’intestin irritable. Il a pour objectif de soulager ces symptômes, il y parvient dans 75 % des cas.

Les points essentiels du régime FODMAP :

  • Eviter les aliments riches en FODMAP
  • Favoriser les aliments pauvres en FODMAP
  • Réintégrer progressivement les aliments sources de FODMAP pour tester la tolérance digestive
  • Conserver des apports nutritionnels adéquats
  • Surveiller les symptômes en suivant un plan de réintroduction adapté

Le régime FODMAP vise à adapter ses recettes pour proposer majoritairement des repas sans glucides fermentescibles. Durant les premières semaines, certains aliments autorisés seront à privilégier, et d’autres à éviter pour s’assurer de l’efficacité de l’alimentation FODMAP.

  • Hypnose et SII : une efficacité prouvée

Depuis plusieurs décennies déjà, les malades du syndrome de l’intestin irritable (SII) ont adopté l’hypnose pour supporter leur maladie. Le faisceau de preuves de son efficacité ne cesse de grandir.

Les formes d’hypnose pratiquées en thérapie aujourd’hui sont très nombreuses : elmanienne, ericksonienne, spirituelle, humaniste…Cependant la plus répandue est l’hypnose ericksonienne. 

L’approche de Milton Erickson repose sur le postulat que chacun possède en soi-même la solution à ses problèmes, dans un réservoir de ressources inconscientes auquel il suffit d’accéder.

L’hypnose est une thérapie « comportementale » qui induit une modification des comportements ou des ressentis des patients par un état de conscience modifié.

Le patient est plongé dans un état de conscience modifié, c’est-à-dire qu’il reste capable de réagir mais les rythmes cérébraux sont ralentis grâce à l’accompagnement bienveillant de son thérapeute pour atteindre les rythmes du sommeil. 

L’inconscient est alors plus facilement accessible et un travail psychologique de profondeur mais en douceur peut être réalisé.

Sur tous les symptômes ou presque… Que ce soit la douleur ou les troubles du transit, l’hypnose tend à les diminuer. La qualité de vie des patients s’en trouve donc améliorée.

En 2013, une étude réalisée par une université de Vienne (Autriche) a démontré une amélioration significative de la qualité de vie des malades SII à 3 mois et à 1 an sur 4 dimensions (le rôle social, la santé en général, la vitalité et les relations sociales). 

Au bout d’un an, plusieurs dimensions ont été ajoutées : l’équilibre émotionnel, la douleur et la capacité physique. Les symptômes gastro-intestinaux du SII dans leur globalité ont tous diminué de façon significative par rapport au groupe témoin. 

L’hypnose est la méthode qui apporterait « une amélioration des symptômes dans 50 à 80% des cas ». Plusieurs études ouvertes ont montré que « l’efficacité se maintenait à long terme (81 % d’amélioration à 5 ans chez les répondeurs initiaux) entraînant une amélioration de la qualité de vie, une diminution du recours au soin. L’hypnose améliorerait les symptômes extra digestifs et permettrait de corriger l’hypersensibilité viscérale à la distension. Elle est maintenant reconnue comme une option thérapeutique valide au cours du SII, notamment chez les sujets jeunes ».

  • Le yoga

En favorisant la détente et en améliorant la digestion, le yoga aide à se sentir mieux dans son ventre. C’est de ce fait un allié naturel pour réduire les symptômes du syndrome de l’intestin irritable.

La pratique du yoga permet d’associer un travail de relaxation et une mobilisation du corps favorable à l’appareil digestif  : 

  • Meilleure gestion du stress.
  • Amélioration de la perception de la gêne corporelle.
  • Mobilisation du tube digestif via la respiration abdominale.
  • Le yoga renforce le système nerveux parasympathique, qui assure la bonne digestion en stimulant la motricité et les sécrétions intestinales.
  • Les exercices de respiration ample, comme la respiration abdominale, et certaines postures en flexion vers l’avant permettent de masser les organes digestifs et de relancer le transit.
  • Les postures en torsion, quand le buste ou les jambes tournent vers le côté, entraînent, elles aussi, un massage des viscères. Elles peuvent également lever certains blocages vertébraux mineurs responsables de douleurs que l’on peut ressentir au niveau du ventre.
  • Les postures inversées (tête en bas, plus basse que le cœur) allègent et brassent les intestins.
  • Certains exercices de yoga renforcent les muscles abdominaux, indispensables pour soutenir les intestins et stimuler le transit.

Les bienfaits du yoga sont observés après 2 à 3 semaines , en pratiquant 3 ou 4 respirations ou postures tous les jours », Il faut ensuite continuer à pratiquer de manière régulière pour ne pas voir se réinstaller le stress et les douleurs qui l’accompagnent.

Sources : Le quotidien du patient, Doctonat, Santé magazine.

Bon alors Josiette on récapitule 

  1. Tu manges en respectant le régime FODMAP
  2. Tu respires, tu laisses le sommeil venir
  3. Tu bouges ton corps, mais pas n’importe comment tu l’auras compris ! 

Et si tu veux plus d’infos sur tout ça, n’hésite pas à consulter le dernier numéro de notre Motiv’Mag dédié à l’accompagnement et la prise en charge du Syndrome de l’Intestin Irritable entre méthode Low FODMAP, hypnose et yoga !

Panier
Retour haut de page

Une réduction c'est plutôt cool non ?

Nous t'offrons -10% sur ta première commande !
Laisse-nous ton email et tu recevras le code.

En cliquant sur Envoyer, vous acceptez d’envoyer vos informations à Ginette et Josiane qui accepte de les utiliser en accord avec sa politique de confidentialité.