Quels aliments pour soulager les intestins ?

Table des matières

Le syndrome du côlon irritable touche de nombreux profils. Sa manifestation peut être le résultat de la génétique. Il existe cependant d’autres facteurs conduisant à son apparition telle que la consommation d’aliments laitiers ou acides. Ils sont déconseillés tout comme certaines nourritures. Dans le jargon médical, il est encore appelé la colopathie fonctionnelle. Durant les crises, les douleurs abdominales occasionneront des gênes. Le choix des aliments à ingurgiter reste la meilleure façon d’alléger les douleurs ou d’éviter le dysfonctionnement du système digestif.

Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome de l’intestin irritable est connu en tant que trouble digestive. Mais, pour comprendre les causes de la colopathie fonctionnelle, il faut d’ores et déjà savoir l’utilité du côlon pour l’organisme. Il est repéré entre l’intestin grêle et le rectum. Il présente une longueur de 1,5 m. La combinaison du côlon et du rectum constitue le gros intestin.

Les aliments sont digérés dans l’estomac. Et les résidus alimentaires sont envoyés dans l’intestin grêle. Mais contrairement à l’estomac, il ingère des éléments nutritifs. Ces derniers seront utiles pour veiller au bon fonctionnement du corps. Ils passeront ensuite dans le côlon. L’organe doit recevoir les déchets sous une forme liquide. Son rôle est d’absorber les quantités d’eau renfermées. Cela conduira à la production de selle.

L’absorption d’eau s’effectue lors du passage dans le côlon grâce à des contractions. Mais, il arrive que des dérèglements surviennent dans les canaux. Les vitesses de descente des résidus sont alors trop rapides engendrant de la diarrhée. Au contraire, un débit lent génère de la constipation. La raison est que les constructions assèchent les matières organiques. Les selles prendront donc un aspect similaire. C’est l’exposition à l’un de ses facteurs qui conduisent à la colopathie fonctionnelle.

Plusieurs profils sont à risque. Citons les femmes exposées à des règles douloureuses ou ceux souffrant de fatigue chronique. Le trouble n’est pas mortel et ne génère pas un cancer du colorectal ni de l’inflammation.

Symptômes de l'intestin irritable

Quelles sont les symptômes ?

À l’heure, les chercheurs n’ont pas encore décelé avec certitudes les arguments liés à sa cause. Il n’y a pas non plus de traitement possible qui puisse éliminer totalement le problème. Les symptômes pourraient disparaître avant de revenir quelques semaines plus tard.

Deux signes mettent en évidence le trouble. D’abord, la personne peut être soumise régulièrement à des douleurs après avoir mangé un repas précis. Ensuite, les souffrances physiques s’accompagnent soit d’une constipation, soit d’une diarrhée. La survenance des deux indications est possible. Le sujet peut également s’exposer à la flatulence, brûlure à l’estomac ou ballonnement.

Les douleurs sont souvent soulagées automatiquement après défécation. Pour pousser plus loin les diagnostics, il existe ce que l’on appelle les critères de Rome. Une anormalité régulière de la consistance des selles est de temps en temps suffisante pour statuer sur la situation. La pose d’un diagnostic peut aussi se faire à l’aide d’un examen dès les premiers indices.

Les degrés de sévérité sont variables d’une population infectée à l’autre. Dans des cas aigus, les médecins indiqueront des médicaments. Ici, le but est d’apaiser les douleurs ressenties.

Concernant les origines de la colopathie fonctionnelle, on évoquera les prédispositions génétiques. L’ascendant possédait un intestin sensible. Parfois, il est de nature psychologique. Le patient est par exemple stressé. L’intolérance au lactose est encore un autre critère de risque tout comme le déséquilibre de la flore intestinale. L’usage du psyllium pour certaines personnes peut-être un moyen pour sa restauration à la normale.

Quels sont les régimes anti côlon irritable ?

Les aliments vont ralentir l’hyper stimulation de l’intestin. Après leurs consommations, le boyau ne rentrera plus dans une phase de distension exagérée. L’une des clés est d’interdire à l’organisme des mets dits irritants.

Les fibres doivent être choisies de manière optimale. Elles sont sous deux formes. Elles sont solubles ou insolubles. L’individu devrait boire une quantité importante d’eau pour aider la dissolution des fibrilles. À titre indicatif, un individu avec une taille normale doit ingérer entre 1,5 et 2 litres d’eau par jour.
Pour consommer des fibres solubles au quotidien, l’association entre légumes et féculents constitue une bonne idée. Les céréales complètes sont plus avantageuses pour la santé que les versions raffinées.

Certains aliments sont connus avec la mention fermentescible. Elle commence uniquement les phases de fermentation dans l’estomac. Il est envisagé d’évoquer le cas de quelques fruits tels que la pomme et les légumineuses. Il est cependant impensable de faire l’impasse sur les apports nutritionnels fournis grâce à ses éléments. Ils seront réintroduits progressivement dans les aliments quotidiens après quelque temps.
L’intolérance au lactose doit être vérifiée. Pour ce faire, la technique la plus simple est d’écouter les gargouillements de son ventre après avoir bu du lait. Les excès de gaz seront aussi remarqués. Une astuce vise à diviser les trois repas de la journée. Entre les repas, une ou deux collations resteront envisageables.

Le fractionnement a pour objectif de libérer des espaces dans les colons. Une crudité peut être ingurgitée avant d’attaquer le plat principal. Elle sera mangée crue. La salade est par exemple un bon assortiment. L’ajout de féculent haussera le niveau de tolérance.
Les régimes annoncés seront suivis à court terme. Durant le laps de temps, l’intestin retrouvera son aplomb.

Aliments recommandés pour les intestins

Quelles sont les alimentations recommandées ?

Les mesures hygiéno-diététiques seront indissociables dans la démarche de révision alimentaire. Voici tous les conseils qui pourront être appliqués afin de réduire les sensations de malaises :

Les fibres solubles

L’alimentation moderne manque de fibres. Ces dernières mutent en gel durant les étapes de digestion. L’intestin ressentira alors de la douceur. Elles rendront régulièrement les transit intestinaux. Elles inciteront la réabsorption d’eau. Sans ce phénomène biologique, les selles deviennent molles. Hormis l’ingestion d’eau, il est aussi responsable de l’absorption du sodium. Elles sont à consommer avant chaque repas. Voici une liste non exhaustive :

• Sarrasin
• Pomme de terre sans la peau
• Quinoa

Les légumes cuits

La plupart des légumes sont irritants pour l’intestin. Il existe cependant quelques produits qui échappent à cette affirmation :

• La Carotte
• Les Blettes
• Le Panais

Les légumes seront cuits avant consommation. Elles seront constituées de faibles teneurs en fibres insolubles. Quand les aliments répondent à la description, ils sont généralement doux pour l’intestin. Concernant les fruits, les peaux renferment des sources importantes de fibres. Ils seront épluchés au préalable. Pour connaître les bons fruits, la présence de pectine est indispensable.

Les aliments substitutifs

Les laits provenant d’un animal sont à proscrire. Il réside toutefois des alternatives. Les œufs sont d’autant préconisés. Voici quelques aliments pour qui permettront de soulager les symptômes :

• Beurres d’arachides
• Riz
• Tofu ferme
• Tisanes (attention à certaines plantes comme la camomille)

Privilégier le psyllium

Le psylium aide à accroître l’apport de fibres solubles. Son utilisation devra intervenir lorsque les recommandations ultérieures paraissent imparfaites. Autrement dit, l’individu est encore soumis à des gênes au niveau du tube digestif malgré le respect scrupuleux des cures alimentaires. Il sera dilué dans de l’eau. Attention néanmoins, certaines personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable sont très sensible au psyllium.

Quels sont les aliments à éviter ?

Certains aliments sont déconseillés car ils risquent d’aggraver les souffrances physiques.

Les fibres insolubles

Les fibres insolubles font partie de cette catégorie. Elles accentueront les diarrhées. Les blés entiers doivent être retirés de la liste des aliments que vous pourriez consommer au quotidien mais qui pourront être réintégrer sur de petites quantités par la suite. Les aliments riches en fibres insolubles sont :

• Pois
• Les fruits secs
• Brocoli en grande quantité
• Graines entières
• pain

Aliments gras

Les aliments gras

La digestion demande davantage d’effort lors de la consommation d’aliments gras. L’intestin entreprendra alors un réflexe gastro-colique. Pourtant, une personne souffrant de colopathie fonctionnelle a besoin d’éviter les forts mouvements de l’intestin à cause de la douleur enclenchée.
À ce titre, il est préférable de limiter les aliments gras. On les trouve dans les viandes grasses et les aliments provenant des fastfood. Il est possible d’évoquer les fritures. Deux types de lipides sont visibles au sein de la nourriture grasse. Tout dépendra du type d’huiles utilisé. Il y a ainsi la notion du bon et mauvais cholestérol à connaître.

Si les bons cholestérols étaient bénéfiques pour le cœur et la circulation, le cas du côlon irritable est une autre histoire. En effet, peu importe le lipide, il est conseillé d’oublier les repas gras. À noter qu’à petite dose, les huiles végétales ne seront pas nocives.
La solution est de sélectionner les viandes maigres auprès des bouchers. Chez les poissonniers, le même principe sera appliqué. Les plats préparés seront dépourvus de sauce. Les aliments farineux exposent encore les sujets à des difficultés intestinales. Il existe par exemple des viennoiseries. Par contre, ils peuvent être consommés avec des recettes comme le son.

Les aliments irritants

Les aliments acides endommagent le colon à cause de leurs caractères irritants. Pourtant, les consommateurs devront prendre conscience de leurs effets secondaires. Dans cette même optique, il y a les boissons alcoolisées, les épices ainsi que les cafés. Pour éviter les diarrhées, la quantité à boire sera réduite. Les fruits rouges provoquent pareillement des soucis gastro-intestinaux.

Quelques conseils pour manger

Les nourritures devront être mâchées plusieurs fois avant d’avaler. Vous réduisez ainsi la charge de travail de l’estomac et les gros intestins. En souffrant de colopathie fonctionnelle, il est préférable de manger dans un environnement calme. Cela évitera la montée de stress. Les spasmes musculaires peuvent se manifester après l’absorption de boissons ou aliments glacés. Les jus seront siroter avec de la paille afin d’empêcher la pénétration de gaz dans la bouche.

Panier
Retour haut de page

-10% sur ta première commande !

Laisse-nous ton email et tu recevras le code.

En cliquant sur Envoyer, vous acceptez d’envoyer vos informations à Ginette et Josiane qui accepte de les utiliser en accord avec sa politique de confidentialité.
gamme compléments alimentaires